Le respect des licences logicielles est moins fort que le buzz nostalgique du rétro gaming

Pouwah ! Quel titre !

Cette semaine le CES a trusté mes RSS. Tel constructeur qui fait une démo d’un prototype bancal, Netflix qui s’invite avec une fausse startup pour faire de la pub, la FrenchTech qui cherche désespérémment à parader… le CES habituel. Et dans l’amas de news, il y en a une qui m’a titillé. Une compilation des news au sujet de l’ultra Gameboy.

Sympa non ? Tout ces sites professionnels tenus par des journalistes. C’est pas un joli boulot qu’ils ont fournis là ?

Bon alors déjà c’est rarement relayé mais ce qui a été montré n’est qu’un prototype. Les specs annoncés n’étaient pas celle présentées dans la bête mais peu de site l’ont signalés. Ensuite le nom. Presque aucun site n’a pris la peine de dire que Ultra Gameboy n’était pas le nom définitif. Faut pas se voiler la face, Nintendo n’autorisera pas qu’on galvaude son nom aussi facilement.

Ce que je trouve encore plus dommage c’est qu’aucun site n’a jugé bon de nous dire comment fonctionnait la bête ! Et c’est pourtant un poil assez crucial pour du matos. Est-ce un pcb de gameboy originale recyclé ? C’est du fait maison parfaitement compatible avec la Gameboy originale ? Ou bien (et c’est ce que je pense) est-ce de l’émulation ?

Pour info le constructeur Hyperkin commence à se faire un ptit nom avec ses appareils. Mais il faut aussi voir qu’ils se font un ptit nom au sein de la communauté de l’émulation pour leur non respect des licences Opensource auprès de Retroarch comme on peut le voir dans ce blog post et sa suite.

Retroarch est un projet opensource d’agglomérats d’émulateurs opensource. Le but est de fournir un système multi-plateforme (ça tourne sur pas mal de consoles modernes, sur un peu tous les OS PC modernes (ou non)) pour proposer une interface unifiée vers de multiples émulateurs appelés Cores. C’est un système modulaire très performant avec une communauté vraiment vivante faisant grandement évolué la scène retrogaming en améliorant énormément tout l’écosystème des émulateurs mais j’en parlerait plus une autre fois. Bref c’est un acteur majeur du retrogaming opensource. Pas des rigolos sortis de nulle part.

Et bien les pauvres gens de ce projet en appellent aux journalistes pour médiatiser leurs déboires avec les nombreux petits constructeurs sortis de nulle part s’amusant à vendre du matériel utilisant leur code illégalement. Bien que lancé fin Décembre 2017, il n’y a pas eu beaucoup de de relais dans la presse comme on peut le voir avec le battage médiatique de l’Ultra Gameboy. La presse spécialisée s’est jetée en masse sur l’info publiée par Gizmodo pour ne faire que citer les mêmes maigres infos en boucle sans jamais etayer leurs articles, sans s’être un poil informé sur le constructeur ou sur les entrailles de la bête. Ça ne prend guère plus de quinze minutes pour un utilisateur de moteur de recherche… BRAVO la presse informatique…

Bon voilà pour le coup de gueule contre tous les sites de merdes qui ne font que ré-enrober des news pour publier au plus vite (et ça ne va pas s’améliorer avec tous les bots de rédaction de news)(sur le coup Ars Technica m’a déçu, eux qui font un travail vraiment plus poussé habituellement).

Maintenant pour ceux que ça intéresse un peu, sachez donc qu’Hyperkin a très probablement adoré cette couverture médiatique à moindre frais mais à mon avis tente de la jouer plus réglo ce coup-ci : - Ils sont bien entendu au courant des griefs de Retroarch à leur sujet. Je ne suis pas au courant de toute l’affaire ou autre mais je pense que Ultra Gameboy était probablement le nom du projet interne qu’ils ont utilisé mais que le produit final s’apellera autrement pour pas fâcher Big N (parce que fâcher une communauté de dev sans le sous on s’en fout mais une grosse boîte populaire remplie de pognon c’est ptet moins le fun). - En cherchant quelques minutes de plus, on peut voir qu’Hyperkin s’est payé une licence Higan qui est un multi-émulateur développé par Byuu et publié sous GPL-v3.

Bref je vais tabler sur la bonne fois d’Hyperkin et tout foutre sur le dos des journalistes.

PS 18/02/2018 :

Un article intéressant qui aborde ça chez Eurogamer.

PS 09/03/2018 :

Bon bha on a du nouveau sur cette affaire. Donc en gros l’entreprise qui revend les émulateurs au fabricant est Datapower Development Limited. On apprend aussi que l’arrête de la revente de snes9x au profit de Higan par Byuu est pas innocente.

TwinAphex (le fameux Mr Matteis, dev de snes9x entre autre) aurait discuté avec Byuu le dev de Higan. Ces personnes se connaissent plutôt bien car ils collaborent régulièrement auprès de leurs différents projets opensource. Et donc Byuu s’est vu proposé un contrat d’utilisation de Higan que financièrement il ne pouvait refuser mais il a du coup décidé de forcer Datapower Dev… à ne plus jamais utiliser snes9x.

Bref, des retournements de situations ! Vivement le prochain épisode.